?

Log in

No account? Create an account
 
 
09 May 2012 @ 04:40 pm
Le fléau passif  
C'est hallcinant comme le PC, et encore plus les réseaux sociaux, anéantissent toute motivation.
Chaque fois que je passe plusieurs semaines loin d'internet j'ai envie d'avancer dans pleins de domaines, et quand je reviens je fous rien du tout, je glande devant mon écran en déprimant et en sentant s'échapper chaque petite parcelle de pulsion de vie.
Et même à plus petite échelle, rien que sortir marcher 1h me motive à faire pleins de choses en rentrant, mais si j'allume le pc avant de les commencer, et bien c'est totalement fichu définitivement. 


Ce n'est pas le fait de passer des heures devant un truc virtuel qui me gène, tant que je suis occupée et productive ça me va, or là ce n'est pas le cas. C'est comme si je restais allongée dans mon lit à fixer le plafond en songeant aux problèmes du monde et à quel point je suis forever alone dans cette pièce.
Car quand je suis devant mon pc, je n'ai rien d'autre à faire que comparer ce que j'y vois avec la réalité. Et je me dis "Mais qu'est ce que les gens sont pourris!!!"  ou alors "Pourquoi machin est apprécié de tout le monde en ne faisant absolument rien alors que moi tous mes efforts pour me socialiser ne mènent à rien?"  ou encore 'Pourquoi on ne me répond que pour dire des trucs chiants ou me provoquer?". 
Enfin, et surtout, je m'énerve devant les discours des autres en me disant "Ils ne peuvent pas comprendre car ils n'ont jamais vécu les choses à ma place et ne connaissent même rien de moi en réalité"  sauf qu'evidemment je ne peux pas leur dire ça concrètement, car ça passerait pour un mélange d'arrogance, de caprice, et de tentative d'attirer l'attention ou d'appitoyer. Alors que tout ce que je veux c'est que quelqu'un reconnaisse les raisons pour lesquelles je suis devenue comme ça sans me considérer comme abusive ou faible ou s'en servir contre moi à la moindre dispute. Mais l'exprérience m'a convaincue que parfois on ne peut pas comprendre quoi que ce soit sans le vivre. Alors j'ai abandonné l'idée de me justifier ou tenter de faire percevoir à autrui une vision du monde autre que la sienne.
 
 
 
Aurlie DouillardAurlie Douillard on May 9th, 2012 04:45 pm (UTC)
Hum... Je ne peux pas passer à côté de ce post, tout simplement parce que... Cela résume bien ma journée d'aujourd'hui... Tout comme un certain nombre d'autres jours passés de cette manière, que je sois seule ou pas chez moi d'ailleurs, ca ne fait aucune différence car etant adulte "je gere mon temps comme je le souhaite" :/

Comme tu l'as dit, passer du temps sur du virtuel peut etre "productif", j'aurai pu avancer sur mon boulot, j'aurai pu jouer aux milliers de jeux que je n'ai pas encore terminés, mais meme pas... 4h (!) passées à pianoter sur mon téléphone et a surfer sur diverses applications et sites entre quelques messages envoyés et recus, 1h30 sur le pc a consulter dix fois les meme choses, juste parce qu'au départ je voulais mettre de la musique pour m'aider à démarrer ce que j'avais a faire... Résultat je n'ai rien fait de ce que je voulais et de ce pourquoi j'étais motivée hier soir en me couchant et ce matin en me levant...

Je n'aurai pas la prétention de dire que je te comprends car mes questions en tête et mes réflexions divergent des tiennes pendant ces heures perdues, mais le mécanisme est le même... Ca fait un effet tres "addict" car c'est d'autant plus dur de s y remettre apres, et ça laisse un gout amer car rien n'a avancé et on a ressassé bien des choses désagreables sur soi, les autres, les projets inaboutis, les envies insatisfaites...

Je ne sais pas ce qui me pousse a faire ca, ni comment y mettre un vrai terme, car c'est depuis quelques mois que c'est devenu quelque chose de recurrent comme ça... Et je n'ose pas en parler non plus (tu es bien la premiere à qui je laisse un commentaire de cette nature,c'est presque un soulagement de voir que je ne suis pas la seule à qui ca arrive... Mais j'espere ne pas t'ennuyer avec ça...), n'ayant pas envie de me prendre par dessus le marché des remarques, certes justifiees, sur mon inaction qui ne feraient que renforcer le malaise. Et je suis persuadée qu'en plus la conversation passerait à côté du fond du problème et que je serai incapable de vraiment dire ce que ne va pas et ce sur quoi j'aurai ressassé... Sauf que c'est précisement parce je renferme toutes ces pensees et ces projets en moi que rien n'avance... Bref, cercle vicieux ?

En tout cas, la fin de journée ne va pas bien s'annoncer, puisqu'après avoir laissé ce long commentaire je vais bourrer pour tout faire en 3-4 h alors que j'avais la journée devant moi... Et je vais pester après moi en me couchant à pas d'heure cette nuit parce que tout ne sera pas bouclé... Ce qui ne m'empechera pas de recommencer à "glander" devant le pc une autre fois... Comment peut-on être autant consciente qu'il y a vraiment problème, consciente de tous ses mécanismes et de nos propres réactions, et ne rien pouvoir faire pour le contrer et le résoudre ??? J'en ai les larmes qui montent aux yeux de frustration... :'(
tifa_leetifa_lee on May 10th, 2012 02:48 pm (UTC)
On se comprend en effet. Et ne t'en fais pas tu ne m'ennuies pas! Ca me rassure que quelqu'un comprenne, car parfois j'ai l'impression d'avoir l'air d'une vieille râleuse ou une illuminée (avec mon post sur lovely complex par exemple XD)

Maintenant j'ai arrêté mes études, mais jusqu'à l'année dernière je faisais exactement la même chose malgré la quantité de travail à avancer et que je devais me lever à 6h le lendemain je restais quand même plantée devant l'écran à tourner en rond pour ensuite doublement me maudire le lendemain matin et refaire la même chose quand même.
Même faire un jeu que j'adore ou regarder un film ne me motive pas dans ces moments là. Pourtant c'est de l'amusement ça.

J'ai l'impression qu'énormément de personnes sont accro aussi, mais cela ne semble pas forcément les affecter (je veux dire, ils n'en ressentent pas forcément de la déprime ou énorme frustration comme nous) alors j'ai réfléchis, et je me suis dit -je ne sais pas si c'est pareil pour toi mais il y a des chances que oui comme on a des âges assez proches- qu'on a eu internet assez tard, je veux dire qu'on a passé toute notre enfance et une bonne partie de l'adolescence sans internet, donc on était habitués à s'occuper par nous même, autrement, de façon plus créative à la limite (depuis que j'ai internet je ne lis ni ne dessine presque plus par exemple) je pense que c'est pour ça qu'on se sent aussi mal de ne rien faire du tout. En plus quand on est sur internet, même si on peut parler à n'importe qui, au final on est juste toujours seul.

Par contre je n'ai aucune piste sur le comportement à adopter pour se débarrasser de ça :(
Quand j'ai une panne d'internet et que je n'ai pas le choix que tout éteindre, j'arrive à m'occuper et être productive, et dès qu'internet revient je suis presque "déçue" parfois car je sais que je ne vais pas savoir m’empêcher d'y retourner. C'est vraiment énervant de ne pas savoir lutter contre soi même, surtout quand au final "l'addiction" en question n'apporte même pas forcément de satisfaction.
Aurlie DouillardAurlie Douillard on May 13th, 2012 02:52 pm (UTC)
Je suis bien d'accord avec ce que tu as écris, je partage ton avis. Ton explication collerait peut etre à ce sentiment, il faudrait que j'arrive à en parler avec ma plus jeune soeur pour lui demander son ressenti, elle pourrait être à meme de confirmer ou pas si ce décalage de generation fait qu'on s'en rend plus compte ou pas et génère tous ces sentiments...

Quand j'ai déménage et qu'on s'est retrouvé sans internet pendant bien deux mois, j'avais réussi à reprendre un rythme de vie un peu plus normal : je lisais le soir avant de m'endormir au moins une bonne demie heure, j'étais tellement fatiguée que je ne depassais pas 00h, il faut dire qu'on était bien occupés (même si en fait on l'est encore tout autant avec l'aménagement). Maintenant je lis plus rarement, et mes heures de coucher peuvent s'envoler très vite sans que je n'y fasse vrament attention... Il y a donc forcément un lien !

Au final, ces réseaux censés nous rapprocher et permettre de rester tout le temps en contact finissent par nous rendre encore plus solitaire.. Drôle de paradoxe :/